Rechercher
  • LV3D

L’impression 3D lutte contre le coronavirus en Charente !

La pandémie de coronavirus affecte le monde entier, à différentes échelles mais aucune nation n’est épargnée ou ne le sera. Pour lutter contre le Covid-19, la fabrication additive a aussi des atouts.

Ci-dessous, quelques actions d’entreprises et de particuliers pour améliorer notre sécurité et nous protéger grâce à son imprimante 3D. Modéliser et imprimer, les idées sont nombreuses, preuve de la créativité des makers et des acteurs de l’impression 3D.

LV3D notre entreprise d'impression-3d propose d'offrir des attaches masques aux maisons de retraites mais également de les vendre a bas prix aux particuliers.



Imprimer des masques

Constructeur chinois évidemment concerné de près par l’épidémie de coronavirus Covid-19 dans son pays, Creality a été l’un des premiers à réagir en proposant des solutions 3D pour se protéger du virus.

Seulement, imprimer le masque de plastique ne servira pas à grand chose. Il faudra ensuite le fixer autour de sa tête et surtout y adjoindre un tissus filtrant. Télécharger les fichiers STL Creality du masque et l’attache de fixation pour l’arrière du crâne à faire en TPU.


En Charente à Angoulême LV3D n'oublie pas les charentais !



Tous les jours des attaches sont proposées aux particuliers à la vente 1.20 € TTC l'unité et offert dans les EHPADS par le PDG du groupe LV3D.



Cults propose aussi une sélection de masques à imprimer en 3D. Des produits à créer de toute pièce ou basés sur des masques de fabricants spécialisés tels que 3M. Outre les masques, Cults affiche également une collection de STL en rapport avec le coronavirus.

D’autres STL de masques se trouvent maintenant un peu partout mais aucun de ces produits imprimés en 3D ne pourra être certifié comme étant aussi efficace que les masques vendus en pharmacie ou les FFP2. Nous ne recommandons donc pas d’utiliser un simple masque imprimé en 3D pour vous protéger si vous êtes contaminé par le COVID-19.


Imprimer des lunettes de protection

Aussi pionnier sur l’impression 3D de lunettes de protection, Creality annonce avoir dédié 50 imprimantes qui tournent 24h/24 pour fabriquer 300 lunettes par jour. Là aussi, il faudra ajouter une vitre de protection et une fixation par élastique pour obtenir une paire de lunettes fonctionnelle.



Un bouclier facial imprimé en 3D


Pour protéger l’intégralité du visage d’éventuelles projections contaminées, le célèbre fabricant d’imprimante 3D en kit Prusa a conçu un bouclier facial à imprimer en 3D. Couplé à un “vrai” masque chirurgical, cette protection validée par le Ministère de la Santé tchèque assure une meilleure efficacité qu’un masque imprimé en 3D. En utilisant seulement 1/5 des ressources de sa ferme d’imprimante 3D, la constructeur peut sortir pas moins de 800 pièces par jour à raison de 2 heures par unité fabriquée en PETG !



  • Sur Facebook, le groupe Makers contre le Covid, fédère les makers français qui souhaitent fabriquer du matériel pour venir en aide aux personnels soignants.

  • Ils lancent un appel aux autorités afin de pouvoir venir en aide au corps médical tout en respectant les règles de sécurité.

  • Ils disposent d’une force de frappe d’environ 4.500 machines, prêtes à fabriquer des masques, des casques à visière, des dispositifs pour ouvrir des portes sans les mains, etc.


Des masques en tissus... Mais pourquoi pas en impression 3D ? Alors que la pénurie de masques de protection suscite de vives polémiques en France, des entreprises textiles, à la demande du corps médical et de l’Etat, ont commencé à fabriquer des masques en tissu, lavables et réutilisables, permettant un niveau de protection en termes de particules similaire à celui des masques chirurgicaux classiques jetables.



Afin de remédier au manque d’équipements de protection face à la crise sanitaire, une communauté est prête à se mettre au service des professionnels de santé, les makers, c’est-à-dire les personnes qui fabriquent des objets grâce aux imprimantes 3D. « Aidez-nous à aider ! », lance aux autorités Yann Marchal, administrateur du groupe Facebook, Makers contre le Covid , qui rassemble 1.487 makers, déterminés à « ne pas rester les bras croisés ». Explications.

Avec ce groupe Facebook, Yann Marchal souhaite créer « une coordination nationale, la plus efficace, et si possible dans les meilleurs délais ». Le groupe est d’ores et déjà associé à un rassemblement Discord , à un projet Just One Giant Lab (JOGL), laboratoire de recherche et d’innovation fonctionnant comme une plate-forme de mobilisation massive, et à l' ONG OSI.



De son coté le groupe LV3D n'est pas en reste et met sa contribution en fabriquant des attaches masques offert gratuitement dans tous nos magasins LV3D. Sur Angoulême en Chartente vous pouvez simplement contacter Karl via ce site internet.

Tous contre le covid-19 !


Karl-Emerik ROBERT



370 vues

MENTIONS LÉGALES

 

À PROPOS DE NOUS

NOUS JOINDRE

 

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© LV3D 2015-2020